Finlande

Tankaavara : La ruée vers l’or

Il fut un temps ou la Laponie fut au centre des grandes expéditions des chercheurs d’or venus de toute l’Europe pour exploiter le précieux minéral de la rivière Tana et de ses affluents. Cette tradition perdure encore à Tankaavara, où se trouvent le village des chercheurs d’or ainsi qu’un musée dédié au travail des pionniers et de leur savoir-faire.

Dans son cabanon, Robin raccroche ses bottes, sa bâtée mais conserve son chapeau de cow-boy qui lui donne un petit look sorti tout droit d’un western de Sergio Léone. Sa journée est finie, il s’apprête à rejoindre la station de ski d’Ivalo, le village de 200 âmes où il réside. Cet Écossais est chercheur d’or, « a Gold Prospector » comme on dit en anglais. Il gagne sa vie en fouillant la boue sableuse dans le lit de la rivière Ivalojoki et en initiant les touristes à cette tradition. Il n’est pas le seul dans cette région, où les pionniers norvégiens, allemands, russes (À l’époque la Finlande dépendait encore de l’autorité du Tsar de Russie) avaient découvert dès 1870, la richesse des eaux de la rivière Tana et de ses affluents. Aujourd’hui, la tradition de l’orpaillage reste vivace. Tankaavara, hameau perdu aux environs de Sodankylä et même devenu le village des prospecteurs d’or.

lac inari

L’or le plus pur au monde

L’histoire de l’exploitation de l’or, sa technique, les équipements employés sont présentés dans le musée adjacent inauguré en 1977. Dehors, le village aux allures western à la sauce finlandaise évoque la frénésie de l’or qui sévissait au 19e siècle. Cabanes en bois où viennent séjourner les chercheurs d’or, saloon où déguster les spécialités locales, vieux sauna traditionnel, on observe aussi les outils et la machinerie utilisés pour permettre d‘extraire l’or en quantité plus abondante. « Vous connaissez l’histoire ? C’est un vieux Sami, Sauva Aslak Peltovuoma, qui avait vu cet endroit dans ses rêves. » explique Robin. Le genre d’anecdote que l’on raconte aux touristes pour les laisser un peu rêveur. Il n’empêche. La plus grosse pépite trouvée à ce jour, le fut en 1930 : 390,9 grammes !

C’est ce qui motive chaque année des centaines de touristes et chercheurs d’or à tenter leur chance. La loi finlandaise permet à qui trouve une pépite de s’en octroyer la propriété. Un championnat international de lavage d’or à la bâtée a lieu à Tankavaara depuis 1982. Actuellement, l’or s’achète environ 35 euros le gramme et le précieux métal Lapon a la réputation d’être l’un des plus pur au monde. Assis dans l’eau, les mains dans l’eau froide, répétant les gestes de malaxer, secouer à la surface de l’eau, balayer à l’aide de la bâtée (l’or étant plus lourd, il restera quoi qu’il arrive au fond de la bâtée ), le néophyte dans la plupart des cas, ne trouveront que de petites paillettes. Mais l’excitation de découvrir l’éventuel trésor est plus forte que tout…

© www.peripleties.fr – Mai 2017

À lire aussi