fbpx

Pelote basque             Dans le creux du jeu [cleiomaps minimap= »1″]

Tchik-tchak, tchik-tchak-tchak, tchik ! Qui cause le basque comprend le langage de la petite balle de caoutchouc … sans même avoir besoin de scruter l’aire de jeu. Pour les joueurs, c’est au premier qui par l’habilité, la force et la trajectoire de sa frappe contre le fronton empêchera son adversaire de prendre la pelote au rebond. De Bayonne à Tudela, de Bilbao à Pau, le jeu fascine et vous aspire au moins proportionnellement à la vitesse de la balle. Une fin d’après-midi à Getaria, le public vient de prendre place dans le gymnase de la ville pour assister à

une partie de pelote à mains nues (parce qu’il en existe plusieurs sortes). Paluches herculéennes pour joueurs élevés au rang de héros… Les marmots distraits ne loupent pas une occasion d’imiter les gestes de leurs idoles, les anciens ont leur emplacement favori pour ne pas en perdre une miette. D’aucuns profitent de cet instant de communion pour tenter leur chance à la tombola pour remporter le panier du jour : bouteille de Txakoli et poissons frais. Cela fait aussi partie de la tradition. Immersion en vidéo.

Texte : Pauline Moiret-Brasier

Vidéo : Simon Daval & PMB

© www.peripleties.fr – Janvier 2016