fbpx

Fanny : « Si j’ai un conseil  à donner,

c’est de foncer »

[cleiomaps minimap= »1″]

Partir, se créer des expériences, voir de nouvelles façons de vivre et de penser… Fanny, une Bisontine de 21 ans, s’est lancée dans un « stage monde » dans le graphisme, à Murcia en Espagne.

Beaucoup de ses amis partent aux quatre coins du monde pour se créer leur expérience personnelle ou professionnelle. Alors pourquoi pas elle ? Diplômée en 2015 de l’Ecole d’art Jacot à Belfort dans le graphisme, Fanny a alors poussé la porte de la Mission locale de Besançon. « On m’a parlé des différents programmes de mobilité mis en place par la Région Bourgogne Franche-Comté. » Intéressée, Fanny penche pour le programme « stage monde », une expérience professionnelle de six mois à l’étranger, dans le pays de son choix. Mais pas question de se tourner les pouces. Son stage, c’est bien elle qui l’a dégoté. « Au début, je cherchais en Angleterre. Dans mon domaine, le graphisme, c’est le côté libre, déjanté qui me faisait rêver ». Mais en constatant le coût de la vie en Grande-Bretagne, la jeune bisontine a quelque peu déchanté. « J’ai finalement trouvé dans une agence de communication espagnole tenue par deux jeunes patrons freelance ». Le Centre régional d’information jeunesse (CRIJ) l’a épaulée pour établir une convention de stage entre la Région et l’entreprise.

stage monde fanny
espagne murcia
Le programme "stage monde"

Il est piloté et financé par la Région Bourgogne Franche-Comté et s’adresse aux jeunes diplômés et jeunes demandeurs d’emploi, de 18 à 30 ans, domiciliés en Franche-Comté. Il prévoit notamment une convention de stage, une assurance responsabilité civile et rapatriement, une couverture sociale, une aide financière, un accompagnement et un suivi.
– portail Phileas « Partir à l’étranger », phileas-fc.com : 0381211616
– site de la Région : 0381616285

Son billet d’avion low cost en poche, la voilà partie au mois d’octobre 2015, direction Murcia en Espagne comme stagiaire graphiste. Une expérience de 40 heures par semaine, logée à la même enseigne que ses patrons qui attendent ses idées, sa contribution. Au début, c’était même délicat : prendre en main les logiciels PAO en espagnol, exprimer ses idées de création, etc. « Mes chefs ont été compréhensifs. Au début, j’ai demandé à parler anglais ». Pour vivre, Fanny reçoit une bourse mensuelle de la Région Bourgogne Franche-Comté. Elle est en collocation avec des expatriés italiens dans le centre-ville. Elle, qui « se débrouillait en espagnol » n’a pas tardé à se familiariser, grâce à cette petite ‘’auberge espagnole’’. « Au début, c’était difficile car je trouvais que les gens de Murcia parlaient vite ! C’est donc pratique de se retrouver entre étrangers. Entre nous, on parle anglais couramment ». Il a également fallu s’habituer aux coutumes locales et aux horaires de bureau peu communs pour un Français : 8 h – 15 h 30 non stop ! « Quand je dis que j’ai faim à 12 h, on me regarde encore avec des grands yeux ! » sourit-elle.

Aujourd’hui, elle se sent à l’aise dans cet environnement qu’elle a su apprivoiser. « Là, c’est la place de Cathédrale de Murcia que j’adore. C’est un peu la place Saint-Pierre de Besançon. Et là-bas, c’est … le Doubs de Murcia ! », plaisante Fanny en désignant le Segura. Avec le recul, elle estime que généralement, le seul frein pour les jeunes qui désirent faire une expérience à l’étranger, est le manque d’informations : « Si j’ai un conseil à donner, c’est de foncer. Il existe plein de programmes de mobilité. Il faut juste s’adresser aux bonnes personnes. Pour ma part cela m’a conforté dans mon projet professionnel ». À la rentrée prochaine, Fanny compte s’inscrire à Formagraph à Besançon, une formation par alternance qui lui permettra de renforcer ses acquis, avec dans un coin de la tête, l’idée de partir un jour en Angleterre, réaliser son rêve.

© www.peripleties.fr – mars 2016

Fanny aujourd'hui ?

De retour en France après son stage monde, Fanny a longtemps cherché un contrat en alternance dans le graphisme mais en vain. Elle s’est alors inscrite en BTS design graphique par correspondance en cumulant avec un job à temps plein à Besançon dans une chaîne de boulangerie-pâtisserie. Mais elle n’a pas perdu l’envie d’ailleurs, loin de là : « cette expérience m’a vraiment poussé à m’ouvrir et à prendre mon courage à deux mains et professionnellement, cela m’a beaucoup donné confiance en moi. À la fin de mon diplôme, je souhaite retrouver un stage à l’étranger, à Londres puis y travailler. Dans mon domaine, on peut se permettre des propositions un peu plus « déjantées » et je me retrouve vraiment dans ce genre-là. Les gens sont globalement plus ouverts à tous les styles et c’est ce qui me manque en France ».

Article publié sur le site de Topo-fc.info, le « magazine régional des jeunes » et dans le journal Topo Région Bourgogne-Franche-Comté n°263.