On lui prête souvent des ressemblances avec la Suisse et l’Autriche. Pourtant, la Slovénie (voir nos reportages) possède une âme propre qui sait se révéler au yeux des curieux. On épouse ses contrastes culturels, gastronomiques et architecturaux au fil d’un trajet que l’on apprécie par-dessus tout de sillonner en camping-car, simplement pour mieux les saisir… Histoire, paysages, activités, stationnement, aires de services, bon plans… Découvrez notre périple de 520 kms en 5 jours, de Piran à Ljubljana en passant par Bled.

 

Texte : Pauline Moiret-Brasier – Photos : Simon Daval & PMB – Suivez-nous ! Facebook | Instagram | Youtube

Reportage publié dans Camping-Car Magazine n°300

 

Découvrez nos autres vidéos de voyage ! Et abonnez-vous à notre chaîne Youtube !

 

Quoi de plus enthousiasmant que de démarrer un Tour d’Europe par une escapade en Slovénie sur les bords de la côte adriatique ? Depuis le golfe de Trieste, on distingue les côtes italiennes à l’oeil nu. Et la « Dolce Vita » semble même avoir amarrée ici. Car oui, la Slovénie possède 50 kilomètres de côte, jalonnée de plages de sable blanc à la lisière d’une mer aux camaïeux de bleu. Vous y découvrirez des cités à l’envoûtant charme vénitien. Koper, Izola et Piran, ancien îlot de pêche traditionnelle, sont de véritables joyaux. Avec ses ruelles pavées et enchevêtrées, ses maisons colorées, « ses airs de petites Venise » disent certains, Piran est sans doute la plus magnétique. Une beauté héritée de sa prospérité du XIIIe siècle, lorsqu’elle était alors l’alliée de la cité des Doges.

À quelques kilomètres, vous pourrez observer les salines, dans le parc le Parc régional de Sečovlje, activité ancestrale datant du IXe siècle. Vous profiterez pleinement de ces villes et de leurs produits de la mer en basse saison, lorsque l’affluence est moins forte. Reste que le stationnement des camping-cars est souvent réglementé et qu’il s’agit parfois d’un vrai casse-tête, pour trouver où marquer la pause sans risquer d’enfreindre la législation. Parfois, des parkings sont dédiés aux caravanes avec de points de rechargement électrique (jaune et vert), comme à Izola. Dans le cas contraire, il sera plus judicieux de stationner à l’extérieur des centre-villes pour marcher un peu ou d’enfourcher le vélo : l’idéal pour découvrir le littoral de Slovénie en toute liberté ! Sinon, vous pourrez toujours rejoindre un camping-stop avec vue sur la mer (comme celui de la Marina à Portorož), mais gare au prix (environ 30 € les 24 heures) !

Si vous souhaitez poursuivre la côte de l’Istrie, ce peut-être l’occasion de faire un détour par la Croatie voisine, puis de visiter les cités pittoresques de Motovun et Grožnjan à l’intérieur des terres (vous êtes encore en Istrie). La tradition qui s’appuie sur la gastronomie n’en est que plus accueillante. Dans l’arrière pays de l’Istrie slovène, Korte et ses alentours sont le lieu idéal pour déguster la cuisine locale. Le climat méditerranéen a en effet favorisé la culture de la vigne, des oliviers, des arbres fruitiers. Les amateurs ne manqueront pas non plus de déguster la savoureuse truffe blanche.

Vingt mille lieues sous la terre

La suite du voyage nous ramène en Slovénie en Carniole intérieure. Terres de légende, ces régions du sud-ouest – longtemps sous influence de l’empire des Hasbourg – sont connues pour abriter le plus important relief karstique de Slovénie ! Cette région calcaire du « Karst », située entre l’Italie, la Slovénie et la Croatie a d’ailleurs donné son nom à cette typologie de paysage, constituée de roches et de cavités creusées par l’eau. Dès lors, vous l’aurez compris : les paysages les plus époustouflants se trouvent en sous-sol, dans les entrailles de la terre. Planina, Pivka, Vilenika, Divača sont des lieux spectaculaires, mais les plus réputés restent les grottes de Postojna et celles de Škocjan. Cette dernière est inscrite au patrimoine mondial de l’Unesco. Propulsé dans un décor qui exalte l’imaginaire, ce sera pour nombre de curieux l’un des temps forts du voyage.

Attention, stationner pour une nuit sur le large parking des grottes est interdit. Vous pourrez vous rendre un peu plus loin dans les environs pour cela. À une dizaine de kilomètres de là, le château de Predjama (XIIe siècle), encastré dans la roche est l’une des « cartes postales » du pays. La grotte sur laquelle le château semble être assis constitue elle-même un impressionnant réseau souterrain. Grâce cette infrastructure troglodytique, Erasme, chevalier aux tendances romanesques ayant pris le parti des Hongrois dans la bataille contre les Autrichiens, échappait au siège de sa forteresse en utilisant un passage secret pour se rendre à l’extérieur. Mais las d’humiliation, les Autrichiens finirent par soudoyer un serviteur du chevalier, pour obtenir de précieux renseignements. Atteint d’un boulet de canon alors, qu’il se trouvait… aux toilettes – seule pièce non protégée par la grotte – le gentilhomme succomba ainsi !

Ah, ces histoires dont la Slovénie regorge ! Dans le registre fantastique, il est une autre merveille dans la région située à environ dix kilomètres : le lac de Cerniska, dont la particularité est d’apparaître et de disparaître selon les saisons ! Phénomène troublant, encore apparenté au relief karstique, le lac (quatre kilomètres au nord de la ville) s’étend sur 29 kilomètres carré lorsqu’il est au plus haut et attirent jusqu’à 250 espèces d’oiseaux ! Le stationnement discret un peu à l’écart, est toléré, excepté aux emplacements spécifiés. Les alentours se prêtent quant à eux aux balades à cheval, à vélo, à pied. Une agréable pause nature avant de prendre la direction de la délicieuse Ljubljana.

Ljubljana, la capitale verte 

Au carrefour de toutes les régions, la capitale de la Slovénie est à l’image du pays et vaut vraiment le détour, pour sa facilité d’accès, son ambiance et sa qualité de vie. En 2006, une politique de transports urbains (« Ljubljana, capitale verte », lire notre reportage) visant à écarter les véhicules motorisés du coeur de la ville a en effet été mise en place. Elle a progressivement fermé les grands axes de circulation aux voitures dans le centre historique. Cela pourrait-être embêtant pour les camping-caristes, mais la municipalité a pensé à tout, avec, par exemple, un parking relais au sud-ouest, situé à moins de 4 kilomètres du centre-ville. Ce « P+ R Dolgi most » dispose même d’une borne de service et des lignes de bus urbain rejoignent le centre.

Coeur historique, triple-pont, places du marché et du congrès, lac de Ribnik, colline Šišenski… Découvrez Ljubljana à vélo en vidéo !

Dessinée d’après les courbes de la rivière Ljubljanica, la ville est un mélange d’architecture austro-hongroise, baroque, néoclassique et art nouveau. Jože Plečnik, (XIXe), lui a donné sa personnalité. Une abondante production de bâtiments, d’écoles, d’églises, de places, de ponts et maisons particulières ainsi que le marché couvert la place Vodnik, sont en effet l’oeuvre de l’architecte. Ne manquez pas d’autres beautés comme le triple pont et le pont du dragon, mais aussi Galerie emporium, les bâtiments de la Caisse d’épargne municipale et de la banque coopérative, ou la maison Hauptmann, chefs-d’oeuvres de l’art nouveau. Ce dernier est l’un des rares édifices, au style viennois, à avoir survécu au tremblement de terre de 1895.

Enfin, petit secret pour avoir une vue panoramique de la ville, aller prendre un verre au café situé tout en haut de Nebotičnik, le plus vieux gratte-ciel d’ex-Yougoslavie. Il ne manque plus qu’une pause gastronomique pour combler une belle journée de découvertes ! Et cela tombe à pic : le château de Ljubljana (XIIe siècle) accessible à pieds ou en funiculaire, offre lui aussi un magnifique panorama sur la ville. Il abrite également un excellent restaurant (le Gostilan na gradu ; menu à partir de 30 €) qui propose une cuisine slovène traditionnelle revisitée. Cela change de la cuisine roborative qu’on trouve ailleurs dans le pays !

Si vous avez le bonheur de rester plusieurs jours à Ljubljana, vous aurez le temps de profiter des espaces naturels à proximité. Les habitants peuvent s’enorgueillir de posséder 45 % de forêts dans leur métropole ! Vous le constaterez en flânant dans les parcs Tivoli, Rožnik, Rubnik, sur la colline Šišenski ou sur le POT, le « chemin de la mémoire et de l’amitié », qui constituait une ligne de barbelés encerclant la ville pendant la seconde Guerre Mondiale. Ce dernier est devenu un agréable lieu de promenade familial ou le parcours préféré des sportifs que l’on rejoint plus facilement depuis le P+R de la rue Tržaška cesta. Pour peu que le soleil soit au rendez-vous sur les terrasses des quais, Ljubljana sera une étape des plus agréables dans votre parcours avant de découvrir un nouvel horizon si cher aux Slovènes.

Bled, Bohing, Triglav, le trio magique

Cap sur le Mont Triglav, au nord-ouest da la Slovénie, là où l’on circule entre les courbes des collines et distingue au loin les majestueuses Alpes juliennes. « Ô Triglav ma demeure » scande, la chanson patriotique de grimpeur Jakob Aljaž. Ce n’est pas loin de résumer le sentiment des Slovènes vis-à-vis du sommet le plus haut du pays. Il est même dit que n’est pas vraiment Slovène, celui qui n’a jamais effectué l’ascension du géant à trois tête culminant à 2864 mètres ! Mais une halte dans les villes médiévales de Skojka Loka et de Radovlijca, s’impose, d’autant que vous avez le temps ! Entre Ljubljana et Bled, il y a peine 55 kilomètres. De quoi se permettre de marquer plusieurs arrêts au calme, goûter le miel de Radovlijca, autre produit phare de Slovénie, qui vous évoquera ces fameuses ruches décorées d’imageries populaires que l’on distingue au bord des routes. Sachez aussi que la région abrite aussi des souterrains datant de la seconde guerre mondiale. 

Bons baisers de Bled

Le lac de Bled, est à la Slovénie ce que la Tour Eiffel est à la France, quoi que le décor offre davantage des airs de Mont Saint-Michel. Ses eaux émeraudes, d’origine glacière, son château médiéval haut perché, ses majestueuses montagnes en toile de fond… tout contribue au charme irréfutable des lieux qui se révèlent encore un peu plus à la nuit tombée. De jour, vous pourrez vous baladez autour du lac, le traverser en barque pour atteindre le petit ilôt surmonté de l’église baroque, Sveta Marijana ou entreprendre les multiples chemins de randonnée qui permettent de prendre de la hauteur. Vous constaterez que les Slovènes sont très sportifs…

Toutefois, comme tout endroit à forte influence touristique, il sera difficile d’échapper aux restrictions de stationnement. Ainsi, préfèrerez-vous peut-être le lac de Bohinj à quelques kilomètres, plus confidentiel ? Si les routes vous le permettent, vous pourrez vous attaquer au col Vršič  pour atteindre la station de de Kranja Gora. La neige, sur les routes étroites est encore bien présente jusqu’à la fin du mois de février. Qu’à cela ne tienne, il y a de belles escapades à faire en se baladant dans les environs où le long de la vallée de la rivière Soča, dont le bleu est si envoûtant, si cristallin, qu’il en prend à se demander par quelle magie une chose est possible ! Vous êtes déjà allé en Slovénie ? Quels sont vos coins préférés et vos anecdotes de voyage ? Dites-le nous en commentaire de cet article ou sur notre page Facebook ? À bientôt pour d’autres destinations en camping-car !

 La Slovénie, le pays de Mélania Trump !

Donald Mélania TrumpJusqu’aux élections américaines, la Slovénie était un plutôt discrète d’un point de vue touristique. Mais en 2016, le pays d’origine de la « First lady », Mélania Trump, a enregistré un bon de 9,4 % de visiteurs ! Pas assez pour troubler la quiétude de ce pays grand comme la région Picardie, mais suffisamment pour donner un coup de projecteur sur « La petite Suisse des Balkans ». Si ce surnom semble lui aller comme un gant, vous constaterez que les habitants cultivent néanmoins leur singularité. Les Balkans (voir nos reportages en Bosnie et en Serbie) , pour eux, commencent aux frontières de la Croatie voisine. Le pays de France Prešeren, grand poète national, a compté par parmi les fédérations d’ex-Yougoslavie, mais ayant obtenu son indépendance en 1991, il n’a que peu connu les tourments des guerres des Balkans , ce qui explique probablement son apparente sérénité. Membre de lUnion européenne depuis 2004, la Slovénie s’attache aujourd’hui à cultiver une image libérale, écolo et sophistiquée, et ce, malgré la crise. Vous constaterez que les accents slaves se mêlent aux héritages romain, austro-hongrois, germanique, balkanique, italien aussi ! Un condensé de cultures dans un si petit territoire est pour ne pas vous mentir, un vrai régal.

 


À VOIR / A FAIRE

Lac de Bledlac slovénie

Baignades, balades autour du lac et randonnées avec panorama. Visite du château de Bled (10 €) perché sur une falaise à 100 mètres au-dessus du lac. Possibilité d’atteindre l’île au milieu du lac en barque (à partir de 15 € pour 4 personnes), de visiter l’Église de l’Assomption et le Musée de la Prévôté (billet combiné à 6 €).

 

Les salines de Sečovlje

À 8 kilomètres de Piran. Parc naturel et musée pour découvrir la production traditionnelle du sel, avec visites guidées. Tarifs : De 4 à 7 €.

Grottes de Postojna

Grand complexe karstique de deux millions d’années et long de plus de 20 km, creusé par la rivière Pivka. Visite guidée sur 6 kilomètres dont 4 kilomètres en petit-train (1h30). Tarifs : de 15,50 à 25,80 €.

Grottes de Škocjan

Visite guidée à pieds à 200 m sous terre avec la traversée d’un pont suspendu à 45 m au-dessus d’un canyon souterrain. Tarifs : de 7,50 à 16 €.

Gorges de Vintgarrivière eau

Superbe balade de 3,2 km aller / retour sur des passerelles en bois le long de la rivière Radovna et de ses cascades. Facile et accessible à tous. Tarif : 5 €. Fermé de novembre à mars.

 

Château de Predjama

Édifice exceptionnel construit à même la roche. Découverte du château sur 4 niveaux. Tarifs : de 8,30 à 15,80 €.

Thermes de Čatež

Centre de détente et de cure avec hôtels, riviera thermales d’été et d’hiver, parc sauna, soins relaxants et esthétiques. Tarifs : à partir de 13 €.

Haras de Lipicalipica cheval

Le plus ancien haras du monde, lieu d’origine de l’élevage des chevaux lipizzans réputés dans le monde entier. Visite guidée, accès à l’entraînement et spectacle de l’école d’équitation (Ouverture pour visite uniquement entre novembre et mars). Tarifs : de 16 à 23 €.

 

Déguster les vins slovènes

La Slovénie possède un large choix de vins provenant des trois régions viticoles : la Primorska à l’Ouest, la Podravje à l’Est et la Posavje au Sud-Est. Elles produisent aussi bien des bancs (renski rizling, beli pinot, traminec…) que des rouges (cviček, teran…). Découvrez-les grâce aux vinska cesta (routes des vins), arrêtez-vous dans un klet (cave) ou dans une vinoteka (boutique de vins). Au restaurant, soyez prudents, les vins bons marchés ne sont pas très raffinés.
 
Manger dans une Gostilna

plats slovènesAuberges traditionnelles slovènes idéales pour découvrir les spécialités du pays. Répandues notamment en « Haute Carniole », elles servent à toutes les heures de la journée des plats copieux et montagnards aux influences hongroises tels que le bograč (goulasch), mais aussi autrichienne, avec l’escalope viennoise, la ponenta, le chou, la viande farcie, la potica (gâteau roulé aux noix) ou encore les palačinke (crêpes).


INFORMATIONS PRATIQUES

La Slovénie

ville slovénie

Superficie : 20 253 km2  – Population : 2,07 millions d’habitants – Fête nationale : 25 juin – Système politique : République parlementaire – Secteurs d’activité dans le PIB : agriculture, 2 % ; industrie, 31 % ; services, 67 % – Taux de chômage : 9 %.

Quand y aller ?

L’idéal est de s’y rendre en avril-mai ou septembre-octobre, pour avoir les avantages pratiques (services, ouvertures des sites…) sans les grandes affluences.[

 

/learn_more]

Formalités

Nul besoin d’un Visa, une carte d’identité ou passeport suffit. Comme dans tous le pays de l’Union Européenne, il vous faudra la carte verte d’assurance de votre véhicule.

Monnaie

La Slovénie est membre de l’Union européenne depuis 2004 et également membre de la zone Euro depuis 2007.

Coût de la vie

cuisine slovénie

La Slovénie n’est pas forcément LA destination bon marché, mais les prix restent moins élevés qu’en France (environ 25 %). Comptez 1 € pour un litre de diesel, 1,50 € pour un café ou pour un verre de vin maison, 2,5 € pour une bière locale, 5,50 € pour un menu dans un fast food, de 10 à 20 € pour un dîner, et environ 100 € pour une chambre d’hôtel.

Langue

On y parle le Slovène, langue slave du sud. La plupart des slovènes parlent aussi anglais et en fonction des régions, certains habitants parlent italien ou allemand.

Conduite

Limitation de vitesses : 50 km/h en ville, 90 km/h sur routes, 100 km/h sur routes à chaussées séparées, 130 km/h sur autoroutes. L’allumage des feux de croisement est obligatoire (jour et nuit). Taux maximum d’alcool toléré dans le sang est de 0,5 g.

Routes

frontière slovénie camping car

En Slovénie, la vignette est obligatoire sur toutes les autoroutes et routes rapides entretenues par la société d’exploitation du réseau autoroutier. 7 jours : 15,00 € ; 1 mois : 30 € (Cat. 2A). Non indispensable, car vous pouvez circulez sur le réseau secondaire facilement, et c’est plus plaisant ! Renseignements : www.dars.si

Parkings

S’il faut admettre que le stationnement, principalement dans les endroits touristiques, peut relever du casse-tête, on pourra aisément comprendre que ce petit îlot d’Europe centrale, pose les conditions de la préservation de la nature et de ses ressources. Il faudra donc s’attendre à mettre souvent la main au portefeuille.

Aires de services

La Slovénie est plutôt bien dotée en aire de services, surtout aux abords des villes et des coins touristiques.,Vous croiserez régulièrement des bornes jaunes et vertes. Attention, de novembre à mars, elles sont souvent en hors-gel. Comptez environ en moyenne de 10 à 15 € pour un stationnement 24h avec les services.
Notre bon plan stationnement à Ljubljana !

P+R « Dolgi most »,145 Tržaška cesta, Ljubljana. Avec caméras de surveillance, borne de services et wifi public (60 minutes). 1,60 € par jour. Bus pour le centre-ville.

aire stationnement camping car ljubljana

Camping

Ouverts d’avril à octobre. Prix variable en fonction des régions compter de 15 à 40 € avec une moyenne de 30 €. Vous pourrez retrouver les campings existants et les fermes agrotouristique sur www.slovenia.info.

Bivouac

Le Bivouac est possible en dehors des parcs nationaux, mais difficile car les terrains sont rarement publics. Tolérance facilitée par l’écartement des concentrations touristiques. Aux camping-caristes d’estimer la faisabilité du bivouac, ou de demander l’autorisation au propriétaire pour ne pas que la législation se durcisse comme en Croatie voisine !

Agrocamping

Alternative au camping, des livrets d’informations par région sur les fermes touristiques et les points d’excursions qui accueillent les touristes et les camping-caristes est à télécharger gratuitement (en anglais) sur www.karavaning-portal.sl Rubrique « Revija – Agrocamping ».

Texte : Pauline Moiret-Brasier – Photos : Simon Daval

Suivez-nous ! Facebook | Instagram | Youtube

 

Reportage « Évasion – Slovénie » publié dans Camping-Car Magazine n°300 (Septembre 2017) – Spécial Salon des Véhicules de Loisirs (Paris – Le Bourget). Achat au numéro ou abonnement.

C'est déjà Noël chez Péripléties ! :) Découvrez nos idées cadeaux Voyages dans notre boutique. Livraison sous le sapin garantie. Rejeter