fbpx

Randos-bière en France : on a testé sur la côte d’Opale !

Nous qui n’avons jamais caché notre amour pour la randonnée, ni pour la bière, voici un livre coup de coeur ! Plus fort que l’accord mets-vins, l’accord randos-bière !

Un concept découvert grâce à deux « petits Suisses », Fabienne et Benoît, du blog Novo-Monde, que nous avons suivis sur la côte d’Opale pour une balade entre Wissant et le cap Blanc Nez. On vous raconte tout de notre expérience !

Randos-bière en Suisse, en Belgique… et en France !

Tout à commencé un mardi soir à Lille, au bar-restaurant Lovibond à l’occasion d’une soirée en marge du salon des blogueurs de voyage où nous avons découvert la Métropole de Lille, capitale mondiale du Design 2020 ! Fabienne et Benoît Luisier avaient convié pas mal de blogueurs autour d’une mousse, histoire de présenter leur nouveau livre : Randos-bière en France.

Tous deux sont Suisses, férus de voyages et de randonnées et ont tout lâché en 2014 pour réaliser un tour du monde. De là et né leur blog, Novo Monde, où ils partagent avec passion et rigueur leurs conseils voyages. De retour de ce périple de 19 mois, ils ont même sorti le livre Destination Tour du Monde  – leur premier ouvrage –  où  ils partagent leurs expériences et leurs conseils à celles et ceux qui voudraient tenter l’aventure. 

Voir leur livre Randos-Bière en France

L’aventure près de chez-soi

Puis il leur est arrivé ce qui arrive à beaucoup de globe-trotters… Comme une envie de prolonger la découverte près de chez soi. Ils ont notamment pu le faire grâce à un drôle de guide, Randos-bière en Suisse, glané au retour de leur tour du Monde. « Chaque week-end on ouvrait le livre au hasard et on se disait : allez c’est parti ! », mime Fabienne.

Une édition de l’ouvrage existait déjà dans le plat pays :  Randos-bière en Belgique. Mais quand Helvetiq l’éditeur du livre, leur a proposé de travailler sur Randos-bière en France, le couple n’a pas hésité très longtemps. Ils sont partis 5 mois sur les routes et chemins français, à la rencontre de paysages et de brasseurs passionnés.

Découvrez tous les livres Randos-Bière !

70 itinéraires variés de randonnées en France

À la sortie, Fabienne et Benoît ont parcouru plus de 1400 km, visité 83 brasseries et déguster 167 bière différentes…  Le tout sans dévoiler l’objet de leur visite, “pour ne pas fausser l’accueil ni créer des déceptions“. Ils ont retenu 70 itinéraires, de la marche revigorante (moins de 10 km) à la bonne randonnée (Plus de 20 km). Toutes les informations des marches sont détaillées : difficulté, durée, dénivelé, curiosités. Les parcours ont donc été choisi pour leur beauté, leur variété et se terminent toujours, à proximité d’une mico-brasserie. Ainsi, il leur est aussi arrivé de faire des randonnées incroyables mais de ne pas trouver de brasseries suffisamment proches de l’itinéraire…  “Il fallait au moins que se situe un point de vente, un endroit sympa ou déguster par conserver l’esprit Randos-Bière” , indique Fabienne.

À la découverte des paysages français

Une façon décidément originale de découvrir la France. « Ce qui frappe c’est l’incroyable diversité des paysages. Nous avons eu de gros coups de coeur pour le Périgord, la Bretagne, la Haute-Savoie, qui ressemble un peu plus à ce qu’on a habitude de voir en Suisse, mais également l’arrière pays niçois, le Mercantour et l’Alsace aussi, qui possède un charme fou ! On a fait des balades dans les vignes… et on finissait dans des brasseries. », ironise les deux complices.

Dans l’univers des brasseries artisanales 

Comme les randonnées, les bières sont décrites avec soin : couleur, nez, goût. « Ce sont des ressentis qui nous sont propres. De manière générale, on s’est portés sur des bières légères et rafraîchissantes, blondes, blanches, ambrées. On a pas forcément envie d’avaler une Stout après une longue marche ! ». On est d’accord ! Quant à savoir si la bière possède une notion de terroir, comme le vin, Novo Monde nous possède son avis sur la question  « Je crois que c’est plus en fonction de la personnalité des brasseurs, relève Benoît. Évidemment on a l’exemple de ce brasseur niçois qui met des pois-chiches dans sa recette »,  « Où celle de Porquerolle avec les herbes de l’île ! » , complète Fabienne. Mais ce qu’ils décrivent, c’est surtout l’impressionnante créativité dans le domaine brassicole,  animée par des personnalités et des profils atypiques. Et pour cause, de 200 microbrasseries en 2007, on en compte aujourd’hui 1230 !

Brasseurs : Des profils atypiques

Ce sont toujours des passionnés, mais les profils sont vastes. Il y a ceux qui ont appris dans des écoles, ont brassé au Canada, aux Etats-Unis, en Belgique. Il y a aussi des profils d’ingénieurs, qui ont changé radicalement de cap.  Fabienne et Benoît pensent notamment à ce viticulteur reconverti, cet autre brasseur qui organise des concerts dans son domaine. Ils songent aussi à …, biochimiste de métier,  une des rares femme brasseur dans un univers encore très masculin.  « Il est plus courent de voir les hommes à la tête d’une activité et la compagne assurer la communication, la comptabilité. Ici c’est différent. Elle a créé un réseau pour permettre à d’autres brasseuses à percer dans la  la profession. C’est une personnalité vraiment marquante. La philosophie de Randos-bière en France, c’est justement de pousser les gens à la découverte et aux rencontres.”, explique Fabienne.

Wissant-Cap-Blanc-nez : Une balade à couper le souffle

Vous imaginez bien. Tous ça nous avait et mis l’eau à la bouche et vous nous voyez venir ! Comme Fabienne et Benoit nous avait proposé de participer à un blog-trip sur la Côte d’opale ( l’une de leurs balades préférées) en compagnie d’autre blogeurs voyage ( Rencontre Le MondeMarche et rêve – voyage, photos A ticket to ride – Blog voyage Dreams World – Blog voyage Bons baisers – blog voyage épistolaire La Grande Déroute – Blog voyage Yummy Planet Les Géonautrices – Blog voyage et outdoor). Nous avons pris le train de Calais jusqu’à Fretun pour un week-end. À la sortie, une navette de l’Office de tourisme de Wissant nous attendait pour nous conduire jusqu’à Wissant, afin de poser nos affaires à l’hôtel de la baie et partir pour 7 km de marche jusqu’au Cap Blanc-Nez. Comme nous étions déjà tard l’après-midi, l’itinéraire a été réduit pour tenir compte des heures des marées en ne pas arriver trop tard à la brasserie. Avouez que ce serait dommage ! La boucle de 17,6 km part normalement du centre-village de Wissant passe par l’intérieur des terres avant de prendre le chemin sablonneux pour revenir au point de départ.

Les deux caps, une balade sur un Grand site de France

Nous avons déjà eu un bel aperçu des richesses de la côté d’Opale. La mer venant endimancher la plage, ces dégradés de sable et d’eau, comme une toile constamment repeinte par les marées, le vent, moteur des chars à voile, qui nous procure au passage une bonne bouffée d’air pure.  Ces bunkers qui jalonnent tout le long du parcours ! Et bientôt, le sentier du littoral, totalement épargné par le béton. Séverine, notre guide pour l’occasion, nous informe que le site des deux caps est classé depuis 1960 « Grand site de France » au titre des efforts fournis par l’ensemble des acteurs, y compris le monde agricole très présent sur la côte, pour protéger et préserver ce paysage exceptionnel. Cette démarche est facilité par la vocation militaire, du Cap gris (dans notre dos), lieu de surveillance du traffic du détroit de la manche.  Arrivés au Cap blanc nez, un panorama grandiose s’ouvre à nous. En théorie, la randonnée se poursuit dans les terres. Mais une navette est venue nous chercher pour nous acheminer jusqu’au village de Tardighen, à 4 km de Wissant.

La brasserie des deux caps, itinéraire d’un passionné

Comme on dit, « Après l’effort le réconfort ». Si vous avez bien suivi notre cheminement jusqu’à présent, voici comment se termine une randonnée avec Randos-Bière en France ! Direction la Brasserie des 2 Caps, chez Christophe Noyon, pour une visite de la brasserie suivie d’une dégustation de bière et de fromage. Au menu, la Blanche de Wissant, bière de couleur blé, très rafraîchissante et un brin fruité. Mais on vous le confie, nous en avons goûté d’autres ! (La 2 Caps,la Belle Dalle et la Noire de Slack). Christophe brasse depuis 2003. C’est une solution qu’il a trouvé pour pérenniser les activités de la Ferme du Domaine de Belle Dalle. Ses Bières, élaborées à partir d’une seule variété d’orge de printemps, proviennent exclusivement de son domaine, ce qui est plutôt rare chez les brasseurs ! » Sa bière se retrouvent dans les bars et restaurants de la côte, dont le Presbytère, Estaminet de Tardighen où nous avons prolongé la dégustation autour d’un repas, avant de nous jeter dans le bras de Morphée.  Le grand air ça fatigue !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.