Circuit : La Slovénie en camping-car

On lui prête souvent des ressemblances avec la Suisse et l’Autriche. Pourtant, la Slovénie possède une âme propre qui sait se révéler au yeux des curieux. On épouse ses contrastes culturels, gastronomiques et architecturaux au fil d’un trajet que l’on apprécie par-dessus tout de sillonner en camping-car, simplement pour mieux les saisir… Histoire, paysages, activités, stationnement, aires de services, bon plans… Découvrez notre périple de 520 kms en 5 jours, de Piran à Ljubljana en passant par Bled.

Jour 1-2 : Parcourir l’Istrie, en bord de mer adriatique

Quoi de plus enthousiasmant que de démarrer un Tour d’Europe par une escapade en Slovénie sur les bords de la côte adriatique ? Depuis le golfe de Trieste, on distingue les côtes italiennes à l’oeil nu. Et la « Dolce Vita » semble même avoir amarrée ici. Car oui, la Slovénie possède 50 kilomètres de côte, jalonnée de plages de sable blanc à la lisière d’une mer aux camaïeux de bleu.

De Koper à  Piran (20 km)

Vous y découvrirez des cités à l’envoûtant charme vénitien. Koper, Izola et Piran, ancien îlot de pêche traditionnelle, sont de véritables joyaux. Avec ses ruelles pavées et enchevêtrées, ses maisons colorées, « ses airs de petites Venise » disent certains, Piranest sans doute la plus magnétique. Une beauté héritée de sa prospérité du XIIIe siècle, lorsqu’elle était alors l’alliée de la cité des Doges.

Le Parc régional de Sečovlje

À quelques kilomètres, vous pourrez observer les salines, dans le parc le Parc régional de Sečovlje, activité ancestrale datant du IXe siècle. Vous profiterez pleinement de ces villes et de leurs produits de la mer en basse saison, lorsque l’affluence est moins forte. Reste que le stationnement des camping-cars est souvent réglementé et qu’il s’agit parfois d’un vrai casse-tête, pour trouver où marquer la pause sans risquer d’enfreindre la législation.

Jour 3 : Un détour en Croatie

Parc régional de Sečovlje –  Grožnjan (21 km)

Si vous souhaitez poursuivre la côte de l’Istrie, ce peut-être l’occasion de faire un détour par la Croatie voisine, puis de visiter les cités pittoresques de Motovun et Grožnjan à l’intérieur des terres (vous êtes encore en Istrie). La tradition qui s’appuie sur la gastronomie n’en est que plus accueillante. Dans l’arrière pays de l’Istrie slovène, Korte et ses alentours sont le lieu idéal pour déguster la cuisine locale. Le climat méditerranéen a en effet favorisé la culture de la vigne, des oliviers, des arbres fruitiers. Les amateurs ne manqueront pas non plus de déguster la savoureuse truffe blanche.

Jour 4- 5 : Dans le relief karstique de Slovénie

Grožnjan – Škocjan (76 km)

La suite du voyage nous ramène en Slovénie en Carniole intérieure. Terres de légende, ces régions du sud-ouest – longtemps sous influence de l’empire des Hasbourg – sont connues pour abriter le plus important relief karstique de Slovénie ! Cette région calcaire du « Karst », située entre l’Italie, la Slovénie et la Croatie a d’ailleurs donné son nom à cette typologie de paysage, constituée de roches et de cavités creusées par l’eau.

Dès lors, vous l’aurez compris : les paysages les plus époustouflants se trouvent en sous-sol, dans les entrailles de la terre. Planina, Pivka, Vilenika, Divača sont des lieux spectaculaires, mais les plus réputés restent les grottes de Postojna et celles de Škocjan. Cette dernière est inscrite au patrimoine mondial de l’Unesco. Propulsé dans un décor qui exalte l’imaginaire, ce sera pour nombre de curieux l’un des temps forts du voyage.

Škocjan – Le château de Predjama (32 km )

Attention, stationner pour une nuit sur le large parking des grottes est interdit. Vous pourrez vous rendre un peu plus loin dans les environs pour cela. À une dizaine de kilomètres de là, le château de Predjama (XIIe siècle), encastré dans la roche est l’une des « cartes postales » du pays. La grotte sur laquelle le château semble être assis constitue elle-même un impressionnant réseau souterrain.

Grâce cette infrastructure troglodytique, Erasme, chevalier aux tendances romanesques ayant pris le parti des Hongrois dans la bataille contre les Autrichiens, échappait au siège de sa forteresse en utilisant un passage secret pour se rendre à l’extérieur. Mais las d’humiliation, les Autrichiens finirent par soudoyer un serviteur du chevalier, pour obtenir de précieux renseignements. Atteint d’un boulet de canon alors, qu’il se trouvait… aux toilettes– seule pièce non protégée par la grotte – le gentilhomme succomba ainsi !

Predjama – Cernika (32 km)

Ah, ces histoires dont la Slovénie regorge ! Dans le registre fantastique, il est une autre merveille dans la région située à environ dix kilomètres : le lac de Cerniska, dont la particularité est d’apparaître et de disparaître selon les saisons ! Phénomène troublant, encore apparenté au relief karstique, le lac (quatre kilomètres au nord de la ville) s’étend sur 29 kilomètres carré lorsqu’il est au plus haut et attirent jusqu’à 250 espèces d’oiseaux !

Le stationnement discret un peu à l’écart, est toléré, excepté aux emplacements spécifiés. Les alentours se prêtent quant à eux aux balades à cheval, à vélo, à pied. Une agréable pause nature avant de prendre la direction de la délicieuse Ljubljana.

Jour 7 – 8 : Ljubljana, la capitale verte 

Cernika – Ljubljana (52 km)

Au carrefour de toutes les régions, la capitale de la Slovénie est à l’image du pays et vaut vraiment le détour, pour sa facilité d’accès, son ambiance et sa qualité de vie. En 2006, une politique de transports urbains(« Ljubljana, capitale verte », lire notre reportage) visant à écarter les véhicules motorisés du coeur de la ville a en effet été mise en place. Elle a progressivement fermé les grands axes de circulation aux voitures dans le centre historique. Cela pourrait-être embêtant pour les camping-caristes, mais la municipalité a pensé à tout, avec, par exemple, un parking relais au sud-ouest, situé à moins de 4 kilomètres du centre-ville. Ce « P+ R Dolgi most » dispose même d’une borne de service et des lignes de bus urbain rejoignent le centre.

Jour 9 : Bled, Bohing, Triglav, le trio magique

Cap sur le Mont Triglav, au nord-ouest da la Slovénie, là où l’on circule entre les courbes des collines et distingue au loin les majestueuses Alpes juliennes. « Ô Triglav ma demeure » scande, la chanson patriotique de grimpeur Jakob Aljaž. Ce n’est pas loin de résumer le sentiment des Slovènes vis-à-vis du sommet le plus haut du pays. Il est même dit que n’est pas vraiment Slovène, celui qui n’a jamais effectué l’ascension du géant à trois tête culminant à 2864 mètres !

Ljubljana – Radovlijca (53 km)

Mais une halte dans les villes médiévales de Skojka Loka et de Radovlijca, s’impose, d’autant que vous avez le temps ! Entre Ljubljana et Bled, il y a peine 55 kilomètres. De quoi se permettre de marquer plusieurs arrêts au calme, goûter le miel de Radovlijca, autre produit phare de Slovénie, qui vous évoquera ces fameuses ruches décorées d’imageries populaires que l’on distingue au bord des routes. Sachez aussi que la région abrite aussi des souterrains datant de la seconde guerre mondiale. 

Radovlijca – Bled (8 km)

Le lac de Bled, est à la Slovénie ce que la Tour Eiffel est à la France, quoi que le décor offre davantage des airs de Mont Saint-Michel. Ses eaux émeraudes, d’origine glacière, son château médiéval haut perché, ses majestueuses montagnes en toile de fond… tout contribue au charme irréfutable des lieux qui se révèlent encore un peu plus à la nuit tombée. De jour, vous pourrez vous baladez autour du lac, le traverser en barque pour atteindre le petit ilôt surmonté de l’église baroque, Sveta Marijana ou entreprendre les multiples chemins de randonnée qui permettent de prendre de la hauteur. Vous constaterez que les Slovènes sont très sportifs…

Bled – Bohinj (30 km)

Toutefois, comme tout endroit à forte influence touristique, il sera difficile d’échapper aux restrictions de stationnement. Ainsi, préfèrerez-vous peut-être le lac de Bohinj à quelques kilomètres, plus confidentiel ? Si les routes vous le permettent, vous pourrez vous attaquer au col Vršič  pour atteindre la station de de Kranja Gora. La neige, sur les routes étroites est encore bien présente jusqu’à la fin du mois de février. 

Il y a de belles randos à faire en Slovénie notamment le long de la vallée de la rivière Soča, dont le bleu est si envoûtant, si cristallin, qu’il en prend à se demander par quelle magie une chose est possible ! Vous êtes déjà allé en Slovénie ? Quels sont vos coins préférés et vos anecdotes de voyage ? Dites-le nous en commentaire de cet article ou sur notre page Facebook ? À bientôt pour d’autres destinations en camping-car !


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.