fbpx

Circuit Ardennes : la Meuse en camping-car (280 km)

De Maastricht (Pays-Bas) à Mouzon (France), en traversant le massif des Ardennes, la Meuse est un fil conducteur sillonnant trois pays. Une colonne vertébrale autour de laquelle s’articulent histoire des hommes, patrimoine et légendes. Laissez-nous vous raconter notre incroyable périple en 6 jour et 280 km.

Jour 1 – 2 : Maastricht à Liège (34 km)

J’ai toujours rêvé de retrouver Maastricht ! De mes années étudiantes Erasmus, j’en ai gardé un souvenir heureux, plein d’insouciance et de promesses. Je suis sûre que cette ville cosmopolite, à cheval sur la Meuse, m’a donné le goût pour le voyage. Je trépigne alors d’impatience à l’idée de montrer à Simon ce qui, pour moi, fait le charme des Pays-Bas ! Depuis le pont romain du centre-ville, le regard dans le vague, nous observons le va-et-vient des péniches dans une ambiance feutrée de fin de journée. D’aussi loin que je me souvienne, on m’avait dit combien la Meuse avait conditionné la vie des hommes au fil des siècles…

Je suis sûre que cette ville cosmopolite, à cheval sur la Meuse, m’a donné le goût pour le voyage

Depuis les environs de Visé, nous sommes en Wallonie et un constat nous anime aussitôt. Le fleuve se fiche éperdument des frontières ! Il coule, impassible, tolérant que l’homme ait conquis ses rives et ses méandres. Nous parcourons cette partie plutôt urbanisée et atteignons rapidement Liège. La “Cité ardente”, pleine d’humour et de vie, nous offre le meilleur des panoramas depuis les Coteaux de la Citadelle. Nous profitons d’une journée ensoleillée pour arpenter ces différents quartiers, du centre-ville à l’impressionnante gare des Guillemins, en passant par les quais de la Meuse et le parc de la Boverie.

Aux alentours de Seraing, nous traversons des villes au patrimoine industriel chargé d’histoire. La province de Liège nous invite aussi au cœur de sa ruralité et de ses plaines verdoyantes, en direction de Thon et Mozet (Plus Beaux Villages de Walllonie). Nous passons d’ailleurs la nuit au calme, dans la toute proche vallée de Samson avant de partir le lendemain à la conquête de la Citadelle de Namur.

Jour 3 : Liège – Namur (64 km)

À l’assaut des forteresses !

Quel édifice incroyable, au confluent la Sambre et de Meuse ! De toutes les forteresses qui s’érigent fièrement au-dessus de la vallée, Namur est celle qui nous subjugue le plus. Même la pluie qui s’invite, ne saurait gâcher la magie. Ce serait le comble pour une ville qui a fait de l’escargot son symbole ! Quitte à se mettre à l’abri, partons pour une carbonade locale et une « Blanche de Namur » avant de conclure par une visite des galeries souterraines de la forteresse.

Jour 4 : Namur-Dinant (30 km)

Nous oscillons désormais d’un côté et de l’autre du fleuve, tels des badauds indécis. La vallée devient verdoyante, puis laisse progressivement apparaître des reliefs rocheux. Nous arrivons à Dinant, superbe cité aux attributs caractéristiques : une église collégiale, des maisons colorées et  pour couronner le tout, l’imposante citadelle, assise sur un rocher saillant surplombant la ville. Nous passons la nuit sur les hauteurs, regrettant cependant qu’il nous soit impossible d’admirer la vue au petit matin. Il nous faut attendre l’ouverture de l’enceinte pour profiter du panorama et emprunter le funiculaire qui nous mène jusqu’au centre.

Jour 5 : Dinant- Monthermé (70 km)

La route épouse ensuite le cours d’eau jusqu’à Heer, frontière avec la France. Nous entrons progressivement dans le massif des Ardennes le long du canal de l’Est. Ici débute une partie des plus bucoliques où prospérait autrefois l’industrie dont il reste quelques vestiges.

Les boucles de la Meuse

Les anciens chemins de halage des péniches sont devenus des pistes cyclables, le long des boucles de la Meuse, que nous ne nous privons pas d’emprunter pour apprécier ce cadre décidément idyllique !  Arrivés à Monthermé, au carrefour de la Semois, nous prenons tôt le matin de la hauteur, à la « Longue Roche ». Quel spectacle onirique ! La vallée est encore recouverte d’un épais coton blanc. En contrebas, le son du marteau de l’usine de métallurgie bat insatiablement la mesure. 7h30 : le soleil pointe à l’horizon. 8h : le carillon et les cris des enfants lui répondent. 10h : débarrassé de son écume, le village peut accélérer la cadence. Nous redescendons de notre nuage comprenant pourquoi les environs ont inspiré tant de légendes !

Jour 6 : Monthermé – Sedan (20 km)

Nous quittons progressivement le massif de l’Ardenne pour mettre le cap sur Charleville-Mézières. La Meuse y décrit de nouveaux lacets. Elle sépare l’ancienne cité de Mézières, et la ville construite Charles de Gonzague… « Charleville » ! Nous sommes surpris d’apprendre que toutes deux forment une entité commune depuis seulement 1966 ! Garés à deux pas de la ville, nous flânons sur la place Ducale – impressionnante réplique de la place des Vosges à Paris -. Nous visitons la paroisse Notre Dame de l’Espérance et ses singuliers vitraux et terminons par le musée Rimbaud, l’enfant du pays.

Il est temps de quitter notre Meuse, non sans une visite de l’imprenable château de SedanÀ travers champs jusqu’à Mouzon, le même sentiment nous anime : la Meuse nous a livré un tas de récits, mais certainement pas tous ses secrets !


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.