Trouver de l’or en Laponie

La Laponie fut au centre des grandes expéditions des chercheurs d’or venus de toute l’Europe. Cette tradition perdure encore à Tankaavara, où se trouvent le village des chercheurs d’or, ainsi qu’un musée dédié à la vie et au labeur des pionniers. Sur place, on propose aussi de s’essayer à la technique de l’orpaillage à la bâtée. A-t-on déniché une pépite ? Vous le découvrirez en fin d’article !

Tankaavara, le village des chercheurs d’or

Tankaavara, hameau situé aux environs de Sodankylä est devenu le village des chercheurs d’or. L’histoire de l’exploitation de l’or, sa technique, les équipements utilisés sont présentés dans un musée inauguré en 1977. Autour du celui-ci, le village aux décors de western, évoque la frénésie qui sévissait au 19e siècle. On y trouve des cabanes en bois où viennent séjourner les néo-chercheurs d’or, un saloon où déguster les spécialités locales, un vieux sauna traditionnel, les outils et la machinerie utilisés pour extraire l’or en quantité plus abondante.

La tradition de l’orpaillage en Laponie

Les pionniers norvégiens, allemands, russes  avaient découvert dès 1870, la richesse des eaux de la rivière Tana et de ses affluents. Il furent bientôt suivi des chercheurs d’or d’Europe et du monde entier ! Et bien qu’il n’y ait pas le même engouement aujourd’hui, la tradition perdure. C’est donc ici que nous faisons la connaissance de « Robin », un « Gold Prospector » écossais. Son chapeau de cow-boy rappelle le look des pionniers de l’orpaillage. Robin gagne sa vie en fouillant la boue sableuse dans le lit de la rivière Ivalojoki et en initiant les touristes à cette tradition. Sa journée est quasi terminée quand nous arrivons. Il est en train de raccrocher ses bottes et sa bâtée. Mais moyennant le trajet retour jusqu’à la station de ski d’Ivalo en camping-car, il accepte volontiers de jouer les prolongations en notre compagnie.

L’or lapon, le plus pur au monde

« Vous connaissez l’histoire ? » nous lance Robin. C’est un vieux Sami, Sauva Aslak Peltovuoma, qui avait vu cet endroit dans ses rêves. Et  il ne s’était pas trompé ». Le genre d’anecdote que l’on raconte aux touristes pour les laisser un peu rêveurs… Il n’empêche. La plus grosse pépite trouvée à ce jour, le fut en 1930 : 390,9 grammes ! 

Chaque année des centaines de chercheurs d’or et des touristes viennent tenter leur chance. Aujourd’hui, l’or s’achète environ 35 euros le gramme. Le précieux métal Lapon a la réputation d’être l’un des plus pur au monde. Avec un peu de chance et surtout beaucoup de patience, on peut tenter de gagner sa vie, ou tout du moins en mener une des plus romanesque ! La loi finlandaise permet toujours à ceux qui trouvent une pépite de s’en octroyer la propriété. Et c’est vraiment du sérieux : un championnat international de chercheurs d’or à la bâtée a même lieu à Tankavaara depuis 1982.

Chercher de l’or : Mode d’emploi

Alors nous aussi, nous avons bien envie de nous prendre l’espace d’un moment, pour des nouveaux explorateurs en quête de fortune ! C’est le moment où l’on retombe un peu en enfance… Sans y croire vraiment, on se surprend tout de même à ressentir la petite excitation, la même qu’un jour de tirage de loto. Sauf que là, la chance s’allie à une technique bien précise. Nous allons le découvrir.

La technique à la bâtée (Pan)

Robin a déjà  déblayé le terrain à la pioche. Dire que le vieux tas de boue renferme peut être un miracle ! En tout cas, lui semble y croire… Il nous invite à choisir un morceau de terre et à nous installer sur le petit banc de bois, avec notre bâtée. C’est toujours les même gestes… Le dos voûté, les pieds dans l’eau, d’abord on malaxe, puis on secoue énergiquement (mais pas brusquement) la matière à la surface de l’eau. Elle est très froide !

 

On fait un geste de balancier avec la bâtée (le pan en anglais), puis on laisse le gros de la matière s’échapper dans l’eau. Et on répète ce geste perpétuellement, consciencieusement. « L’or étant plus lourd, il restera quoi qu’il arrive au fond de la bâtée », nous explique Robin. À moins d’avoir un geste trop brusque et d’envoyer le tout dans la rivière ? On a quand même des doutes ! Comme la plupart des néophytes, nous n’avons trouvé au final « que » de petites paillettes d’or. Mais ça fait quand même son effet !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.