fbpx

Protégé : Circuit Écosse : Les Highlands en camping-car (1865 km)

Grands espaces, nature omniprésente, accueil chaleureux, l’Écosse se prête à merveille au roadtrip en camping-car, en van ou en fourgon. Depuis Edimbourg, notre roadtrip réalisé en automne nous a emmené tout au nord, dans les Highlands, avant de redescendre par la côte-ouest.

Circulation, conduite, étapes, stationnement, dans ce roadbook, on vous dévoile notre itinéraire, nos conseils et nos coups de coeur !

Un Roadtrip en Écosse

L’Ecosse, c’est un tout ! Nous pourrions mettre quiconque au défi de ne pas tomber sous le charme de ce pays, si beau, si fier de ses traditions et de sa singularité, tout en étant on ne peut plus ouvert et accueillant.

L’ Automne, la meilleure saison ?

En camping-car, le nord des Highlands est un paradis. En Automne les couleurs sont splendides. On évite les endroits les plus fréquentés et la chasse au camping-car qui va de pairs, pour épouser une grande liberté.

Edimbourg – Sterling, 60 km

Venus depuis l’Angleterre et le Northumberland, notre périple part d’Edimbourg, la capitale, avant de monter dans les Highlands, au nord de Dundee.

Le château de Blackness

Entre deux fascinants chapitres épiques liés à l’histoire du pays, on se laisse porté par les paysages incroyables et les châteaux.  L’automne et la météo écossaise offrent des lumières exceptionnelles. 

Le premier sur notre route est le château de Blackness, une forteresse érigée sur la rive sud du Firth of Forth.

Edimbourg, son château, Arthur’s Seat

Edimbourg est une ville imprégnée d’histoire. Son château installé sur un volcan éteint, son allure médiévale, la décontraction des habitants, la nature toute proche, avec Holyrood et Arthur’s Seat… c’est une étape incontournable de tout road trip.

Le stationnement des campings-car à Edimbourg

Mais en camping-car, il est très difficile de stationner la nuit. Les environs d’Holyrood nous sont interdites, les parkings sont difficiles d’accès.  Nous trouvons refuge dans le quartier du Port et choisissons de prendre le bus.

L’occasion de découvrir des endroits moins connus et offrant une autre image de la capitale écossaise, à l ‘image de Dean Village.

Stirling, la Tour William Wallace

Nous nous rendons à Stirling, autre ville chargé d’histoire et de mythes écossais. Vous vous souvenez de William Wallace, incarné par Mel Gipson dans le film Braveheart ?

C’est grâce au Pont de Stirling, que le héros de l’indépendance écossaise a flanqué une raclée aux Anglais. Il finira par payer le prix fort de cette humiliation…  Une tour dédiée de ce patriote et martyre, monument national, se dresse à Stirling. 

Le site de la bataille de Bannockburn

À 10 kilomètres de là, nous visitons un autre site d’importance, le site de la bataille de Bannockburn. C’est ici, que Robert the Bruce, proclamé roi d’Écosse, obtiendra l’indépendance du pays pour la première fois en 1328.

Les Écossais sont attachés à cet aspect de l’histoire qui marque leur singularité au sein du Royaume-Uni.

75 idées de circuits camping-car en Europe  

Le Parc national de Trossachs, les Highlands en miniature

En attendant la réception de notre adaptateur de bouteille GPL, , nous en profitons pour rayonner aux alentours dans le Parc national des Trossachs et du Loch Lomond, situé à une trentaine de kilomètres de là. Nous nous offrons une grimpette jusqu’au point de vue de Ben A’an pour une vue splendide sur le Loch Katerine et le Loch Venachar.

Les Loch Katrine, Loch Venachar, Loch Acray

Nous poursuivons ensuite en camping-car sur les routes du Parc des Trossachs pour s’approcher des Lochs les plus somptueux. Aux abords du Loch Acray, des vaches Highlands paissent paisiblement.

Leur couleur rousse se fond avec la nature. Au loin l’hôtel, le Tigh Mor Trossachs Hôtel,  trois étoiles nous fait de l’oeil… On ferait bien des infidélités à la Vanlife !

Stirling –  Saint Andrew  (110 km)

Nous mettons ensuite  le cap sur Saint Andrew par la côte. En route cela nous donne l’occasion d’admirer plusieurs villages de pêcheurs, parmi Culross, Lower largo, Elie et Pittenweem.

Il y a ici des aires d’Irlande du Nord, dans ces cités aux petites ruelles garnies de cottage, d’échoppes d’artistes et le bord de mer.

La ville de Kate et William 

A Saint Andrew, on trouve de nombreux monuments, dont le château,  la cathédrale et l’université de St Andrews. C’est d’ailleurs la ville où se sont rencontrés Kate et William. Les plages de sable et surtout le grand parcours de golf en fond une ville touristique.

Saint Andrew – Pitlochry (90 km)

Ce n’est pas vraiment un bon plan pour les vans, les fourgons et campings-car…Nous reprenons la route dans l’espoir de trouver un petit camping sympa du côté de Pitlochry, chef lieu du Parc national des Cairngorms.

Acheter une carte routière spéciale Balkans

Cairngorms National Park

Il s’agit  du second Parcs National écossais après le Parc National du Loch Lomond et des Trossachs. Ils couvrent la chaîne de montagne de Cairngorms et les collines environnantes.

Bivouacs non autorisés

C’est donc à Pitlochry que se concentre toute l’activité touristique. Cela rime et les gros campings du genre Holiday park…

Comme nous nous situons dans un Parc national, aucun bivouac n’est permis et les locaux veillent au grain au respect de cette règle qui vise à protéger les environs. Notre parade en voyage dans ces cas-là, c’est  la location d’un petit cottage excentré et cosie, plutôt que d’être parqué comme des sardines dans de gros campings coûteux !

Voir les tarifs des grottes ici

Nature sauvage

À peine à l’écart du monde on replonge dans la nature sauvage, grandiose,  imperturbable. Nous rayonnons bien plus d’une centaine de kilomètres au sein du Parc national de Cairngorms.

Queen’s View

Le parc nationale de Cairgorms compte plusieurs lochs, Loch Tay, Loch Lyon. Un belvédère facilement accessible surplombe le Loch Tummel à Pitlochry : il s’agit de Queen’s View, en référence à la venue de la reine Victoria sur ces lieux.

Randonnée au sommet des Cairngorms

Puis, nous grimpons à pied au sommet des Cairngorms. Cette randonnée, parmi la bruyère et la roche, offre des vues splendides sur toute la région avec possibilité de se rassasier sur la plus haute Terrasse d’Ecosse, (1244 m). 

Aberdeen – Inverness (170 km)

Nous bifurquons à l’ouest direction Aberdeen (80 km), puis  Forres plus au nord, dans l’idée d’emprunter la route du Malte et du Wisky écossais et de visiter quelques distilleries.

Confidence pour confidence, nous ne sommes pas des amateurs. Cela n’empêche pas d’être curieux ! Davantage épris de paysage nous nous concentrons sur la Baie de Moray et la région du Loch Ness.

Le meilleur guide de voyage pour découvrir la Slovénie

La légende du Loch Ness

Au sud-ouest de la ville d’Inverness, capitale des Highlands (hormi être la principale grande ville des Highland our ne pas dire la seule, elle n’a que peu d’intérêt) , et au nord-est de Fort Auguste, se situe le plus célèbre lac d’écosse : Le Loch Ness. La légende du monstre Nessi, qui séjournerait dans ses eaux profondes –  227 m – ! lui a forgé sa réputation.

Le château d’Urquart en bordure du Loch Ness

On ne vous cache pas que c’est devenu un lieu de concentration touristique et que le Loch, bien que très beau, n’a rien a envier aux autres étendues des Highlands. Le Loch Ness est bordé par le château Urquart,  la carte postale de l’Ecosse.

Des cerfs rouges sur notre route

Nous nous écartons d’Inverness et de Fort Auguste pour retrouver le côté sauvage qui nous plaît tant. Notre route sera marquée par une rencontre avec deux magnifiques cerfs rouges au soleil couchant. Un moment inoubliable !

Inverness – Glen Affric (70 km)

Quitte à en prendre plein la vue, nous nous rendons dans la vallée de Glen Affric. De majestueuses forêts de pins, des collines de bruyères… En cette saison, elles prennent des couleurs châtoyantes.

Glen Affric, une réserve naturelle exceptionnelle

Les lieux sont particulièrement splendides. Nous nous livrons à l’une des plus belles randonnées de notre road trip en écosse dans le calme de la vallée et dans le silence des montagnes.

Glen Affric – Bettyhill (180 km)

À partir d’ici commence le véritable Road Trip au nord des Highlands. Nous passons par l’intérieur des terres jusqu’à Tongue. Le long des « single tracks », les routes à sens unique, on partage la route avec les moutons !

La « North coast 500 » en camping-car

À partir de Tongue même si la météo ne s’y prêt pas, nous empruntons la merveilleuse North Coast 500. Nous n’hésitons pas à nous perdre parmi les petites routes, qui nous conduisent entre plaines désertes et côtes déchirées.

Attention toutefois aux dimensions et au poids/ puissance de votre véhicule quand vous empruntez les petites routes côtières.

Tout savoir pour visiter Ljubljana sans voiture !

Pente à 20% sur les Singles tracks

En camping-car , ce n’est parfois pas le bon plans à cause des pentes à 20% sur des routes à sens unique. Si vous croiser quelqu’un en face, ce qui arrive rarement mais qui arrive quand même vécu plus tard du côté de Lochinver, cela peut créer quelques frayeurs. Soyez prudent !

Bettyhill – Durness (70 km)

La côte du nord de l’Écosse entre Betttyhill et Durness est particulièrement admirable. Nous avons la chance de profiter d’un temps rayonnant qui nous permet d’apprécier ce décor grandiose, loin du monde.

Kyle of Tongue, Balnakeil beach et sa plage de sable blanc… La seule activité humaine est la pêche et les parcs à saumon situés en pleine mer .

Toujours un pub sur la route

Nous croisons beaucoup de moutons, quelques vanlifers, et quelques « highlanders ». Les pubs sont les rares endroits où se socialiser !

La côte ouest écossaise

Nous entamons une redescende par la côte ouest écossaise, toujours par la route 500 vraisemblablement  Nous sommes seuls encore et toujours ! Et honnêtement tant mieux car les routes, parfois à flanc de falaise ne laisse vraiment pas de place pour deux véhicules.

Durness – Lochinver (85 km)

Cette partie, est de nouveau saisissante notamment les dix derniers kilomètres en approchant de Lochinver. La nuit tombant très vite à cette période et sous cette latitude (16h30,  nous trouvons l’hospitalité et de quoi nous réchauffer dans un pub.

Réservez votre vélo électrique pour la journée !

Lochinver – Gairloch (90 km)

Nous reprenons la route vers le sud. Tous les gens nous ont recommandé l‘île de Skye à une centaine de kilomètres. A Ullapool puis Gairloch on retrouve les ambiance  des villages de pêcheurs. 

L’île de Skye en camping-car ? Mauvaise idée  !

On nous l’a mainte et mainte fois recommandée. C’est oublié que nous sommes en camping-car et que le camping-car,  sur l’île de Skye est une très mauvaise idée (idem vans et fourgons). Pourquoi ?

Un pont pour rejoindre « l’île des Brumes ».

Appelé l’île des Brumes, c’est un endroit magnifique,  mais plutôt touristique. Étant suffisamment proche du « continent », l’île est en effet relié par un pont, ce qui en facilité l’accès.

Entre les fameux « No Overnight camping », les parkings payants y compris la nuit, c’est très difficile. Et même le fait d’être en hors saison ne diminue pas le problème…

 

On passe notre tour

Nous n’avons aucun moyen de rejoindre un camping, et le temps est exécrable. Ainsi, notre bref passage sur l’île de Skye est le seul moment où le charme et la sympathie écossaise aura été rompu.

Nous pensons que les habitants voient des touristes toute l’année et qu’il y a une certaine lassitude… Mais ce n’est que notre ressenti. 

Île de Skye – Port Appin (200 km)

Nous délaissons les lieux  au profit des petit coins de paradis plus confidentiels. Sur notre route en quittant Skye, nous faisons une halte au château de Eilean Donan, magnifique forteresse protégeant  le loch Duich.

Glen Coe, lieu de tournage d’Harry Potter

On nous avait aussi recommandé Glen Coe, une des vallées les réputées en Écosse. Quand on se situe sur une carte, les Highlands se resserrent à cette endroit.  Nous revenons d’ailleurs dans le périmètre de Fort Augustus et Fort Willliam’s, à hauteur d’Inverness. Le pont du Train que l’on voit dans Harry Potter se situe à Glen coe.

Port Appin – Glasgow (177km)

Après une randonnée dans la vallée de Coe, nous trouvons refuge paisible du côté de Port Appin, charmant village de pêcheurs sur une péninsule isolée et faisant face à l’île de Mull.

Le château de Stalker

À quelques kilomètres, le château de Stalker, a tout de la carte postale écossaise. Une pause pittoresque avant de rejoindre la ville de Glasgow.

Glasgow ou Edimbourg  ?

SI l’on compare avec Edimbourg distante de 60 km seulement,  Glasgow possède de base, un style plus, « working class », tandis qu’Edimbourg serait un peu plus bourgeois. C’est de ces villes, qui ont connu la crise, que naissent généralement beaucoup de créativité.

Entre Bourought Market, l’ambiance des pubs, les lieux d’arts et de culture, on a trouvé cette ville bouillonnante d’énergie et plus facile à faire en camping-car.

Irlande ou Écosse en camping-car ?

Arrivés à Glasgow nous avons parcours plus de 1800 kilomètres. Nous nous apprêtons à rejoindre une autre île aux racines voisines, l’Irlande.

En ferry jusqu’en Irlande du Nord

Nous prenons donc la direction de Cairnryan à 130 kilomètres à l’ouest de Glasgow pour prendre un ferry de nuit. En une traversée l’air de rien,  nous voici à Belfast en Irlande du Nord.

Alors Irlande du Nord ou Écosse en camping -car ? Vous le saurez en comparant nos circuits ! (Voir notre circuit en Irlande du nord ) !

Et vous, vous êtes déjà allés en Turquie ou vous avez prévu un voyage bientôt ? Quels sont vos coins préférés et vos anecdotes de voyage ? Dites-le nous en commentaire de cet article ! ? À bientôt pour d’autres road-trips en camping-car !

 

Texte et photos : Pauline Moiret-Brasier & Simon Daval 

Cet article contient des liens affiliés. Si vous effectuez des réservations, n’hésitez pas à passez par ceux-ci pour soutenir nos Péripléties : une petite commission nous sera reversée (sans surcoût pour vous).