fbpx

La Dordogne en camping-car : sur les routes du Périgord (8 jours, 350 km)

Haut lieu du terroir et de la gastronomie, la Dordogne possède plus d’un atout pour séduire les épicuriens.

Ajoutez à cela les châteaux médiévaux et ses nombreuses grottes préhistoriques, le Périgord se trouve être la destination touristique par excellence.

Mais la région offre aussi l’occasion de se perdre sur des routes hors des sentiers battus pour le plus grand bonheur des camping-caristes !

Les guides indispensables pour visiter la Dordogne !

Jour 1 : Le Sarladais et le Périgord noir

Sur la route nous menant à Sarlat, les noyers forment de véritables haies d’honneur…

À l’aube de l’automne, la pierre de couleur ocre répond aux feuilles jaunies et contraste avec un relief encore verdoyant.

Sarlat, la cité médiévale

Nous faisons une première halte à la Sarlat-la-Canédas, dont l’appellation évoque la vallée humide de Dordogne-Périgord.

Nous avons la chance de la découvrir à l’automne, au moment où le flux de touristes a quitté les lieux.

L’été, les locaux nous confirment que la ville est bondée et qu’il est difficile de trouver une place pour se garer.

Il faut dire qu’avec ses ruelles enchevêtrées et ses cours et hôtels particuliers, cette cité est absolument saisissante.

André Malraux, Jean Nouvel

C’est grâce à la loi Malraux, visant à conserver les coeurs historiques des villes en France à valeur patrimonial, que Sarlat est si bien conservée.

“Un vrai décor de film” dirait Simon, auquel l’architecte Jean Nouvel a ajouté sa patte, en façonnant les grandes portes en acier de l’église Sainte-Marie.

Canard, foie-gras, truffes : la cuisine du Périgord

Impossible de passer à côté des spécialités gastronomiques du Périgord.

Les noix, le foie-gras, le canard, les truffes, les cèpes… Nous arrivons d’ailleurs en pleine saison des champignons. 

Producteurs locaux et circuits courts

Chose frappante à l’heure où l’on vente les mérite de la vente directe et des circuits courts, la région n’a pas l’air d’avoir attendu cette tendance.

On compte de nombreux groupements de producteurs et de la vente directe à la ferme. On peut donc facilement se régaler le long de notre route !

Jour 2 : Montignac et les grottes de Lascaux

Nous décidons de nous rendre à Montignac pour visiter les célèbres grottes de Lascaux.

Les grottes originelle – nommées Lascaux 1- sont fermées à la visites depuis 1963 afin de les conserver.

La “Chappelle sixtine de la préhistoire” 

Il y a donc Lascaux II, la première reconstitution partielle de la grotte originale  et Lascaux IV : Centre International de l’art pariétal.

Si vous vous demandez, Lascaux 3, est une reconstitution itinérante qui voyage dans le monde.

Ouvert en 2016, Lascaux 4 d’une reconstitution exacte et complète de la grotte et des peintures originales.

Lascaux IV : Centre International de l’art pariétal

Le site présente la grotte comme  si on y était. Il manque juste la fraîcheur de la grotte pour être en immersion totale.

Mais cette visite est interactive et didactique. Elle offre à tout un chacun l’opportunité de la visiter,  y compris les personnes à mobilité réduite.

Elle offre quelques clés pour tenter de comprendre ce qui a motivé cette véritable fresque dans cette grotte qu’on surnomme la « Chapelle Sixtine de la préhistoire ».

Jour 3 : La vallée de la Dordogne

Au départ de Sarlat, nous empruntons la D703 pour voir les sites les plus épiques de la vallée de la Dordogne. 

Direction le Cingle de Monfort,  dominé par le château de Fénélon. 

 

Acheter le guide vert Michelin Dordogne-Lot

Le cingle de Monfort, Roque Gagéac

Sur la rive droite de la Dordogne se situe la Roque Gagéac et ses habitats en pierres occres, comme suspendus à la falaise.

Le château et les jardins de Marqueyssac se situent dans les alentours, mais compte-tenu de la saison nous ne nous y arrêterons pas.

Les châteaux de Castelnaud et de Beynac

On rentre en plein coeur de l’histoire de la région et de la guerre de cent ans. Les châteaux de Castelnaud et de Beynac qui se toisent sur chacune des rives de la Dordogne.

Les deux offrent une vue splendide sur la vallée. Nous décidons de nous attarder à Beynac.

Nous sommes immédiatement séduits par le côté épique de la cité et de ses remparts.

La Bastide de Domme en camping-car

Nous continuons sur la rive droite de la Dordogne et la  traversons à Allas-les-Mines.  Sur la route de Domme, il est alors possible de faire un crochet par le château des Milandes.

Direction la Bastide de Domme en passant par de petite routes de campagne, nous obligeant à emprunter un itinéraire bis en camping-car (attention détour de 5 km).

Récompensés pour notre témérité, la cité Philippe le Hardi nous offre un somptueux panorama sur la vallée de la Dordogne au soleil couchant.

Depuis la terrasse, nous sommes aux premières loges !

Jour 4 : Cadouin, Belvès, Montpazier et Limeuil 

Nous passons la nuit non loin de La Roque-Gageac, sur le terrain d’une auberge, membre du réseau France Passion. Nous l’avons trouvé grâce à la nouvelle application.

Cette famille cuisine des plats typiques du Périgord. Pas ceux qui vous aurez au restaurant, non, une authentique et traditionnelle cuisine !

Malheureusement, nous sommes tombés sur le jour de fermeture de l’auberge.

Nous nous contenterons d’y passer une nuit fort agréable.

 

Le guide et l’appli France Passion à 28 € avec notre code promo  

 

L’ Abbaye de Cadouin, Limeuil

On ne compte pas le nombre de villages de pierre. Montpazier, l’une des plus belles bastides de Périgord ou encore Belvès exercent leur charme.

Nous profitons d’une pause déjeuner à Cadouin, face à son impressionnante Abbaye.

Puis, nous rprendre la route jusqu’au charmant village perché au confluent de la Dordogne et de la Vézère : Limeuil.

Jour 5  : Le Gouffre de Proumeyssac

Après cette excursion dans le Sarladais, une pause s’imposait !

Nous avons fait étape au camping Le Bournat à Le Bugue. À noter que le village possède aussi une grande aire pour camping-cars avec les services.

A vol d’oiseau, nous sommes qu’à 2 km du Gouffre de Proumeyssac. Mais aucun pont ne permet actuellement de traverser la Vézère.

Qu’à cela ne tiennent nous marchons et empruntons les chemins forestiers pour s’offrir une petite randonnée bienvenue jusqu’au site.

crédit photo/Alain Frances

Le gouffre de Poumreyssac a été découvert en 1907, mais ce trou abyssal a nourri des fantasmes du diable et des enfers, des siècles durant sur la commune d’Audix !

C’est ce qu’on apprend lors de la visite, mêlant son et lumière ainsi que les commentaires d’un guide qui vous accompagne à 52 mètres sous la terre au milieu d’un orchestre de stalactites et stalagmites. Sensations garanties !

Jour 6 : Direction le nord pour le “Périgord vert”

Jusqu’ici nous avons découvert la « carte postale » de Dordogne, mais ceux qui nous connaissent savent que nous aimons sortir des sentiers battus. 

C’est là tout l’intérêt du camping-car nous direz-vous !

Le château de Hautefort

Sur la route du “Périgord vert, nous faisons une petite halte par le château de Hautefort.

Nous profitons des quelques rares rayons de soleil que le ciel a bien voulu nous accorder pendant ce séjour !

Les gorges de l’Auvézère 

Puis, direction les gorges de l’Auzevère, plus confidentielles, vertes et propices aux balades en forêt.

Du côté de St Mesmin, des chemins de randonnées ont été aménagés.

Ils permettent de partir à la rencontre du patrimoine et industriel passé, tel que les forges de Savignac-Lédrier.

Le Parc naturel du régional du Périgord -Limousin

C’est d’ailleurs le créneau de la région qui a fait le pari du tourisme vert. 

Promenade, pêche, retraite bucolique, il y a moins de sites touristiques à découvrir que dans la vallée de la Dordogne.

Mais ce coin du département à tout pour séduire les amateurs de calme et de nature.

Le château de Jumhilac-le-Grand

Nous aimons le côté paisible et authentique des lieux. Plus au nord, nous décidons de pousser jusqu’au Parc Naturel du régional du Périgord-Limousin.

Nous atteignons alors Jumhilac, dont la silhouette du château s’impose en plein coeur de la ville.

C’est ailleurs ici qu’on trouvé l’aire de service la plus bucolique de notre voyage !

Jour 7 : Brantôme, la Venise du Périgord

Une journée sur la route a sillonner les reliefs verdoyants du Périgord vert. Nous passons par Exciteuil, Saint-Estèphe et Notron.

Sur notre route se situent les grottes de Villard et le château de la Renaissance de Puyguilhem.

Nous atteignons Brantôme en fin d’après-midi, pour nous, l’une des plus belles étapes du Périgord.

Que d’influence dans la petite Venise du Périgord !

Il y a tout d’abord ce cadre irrésistible le long du canal de la Dronne et cette pierre, ou les habitats troglodytes se fondent aux édifices remarquables.

L’abbaye Saint-Pierre de Brantôme

Le plus éloquent est sans doute l’abbaye bénédictine (juste à côté des grottes), fleuron du patrimoine religieux en Périgord.

Le centre et ses petites ruelles garnies de boutiques d’artisans participe au charme de la cité.

Découverte de Périgueux

Nous terminons la journée à Périgueux, ville la plus peuplée du Périgord. 

Peu séduits de prime abords, nous sommes tombés littéralement sous le charme de son centre historique.

Sa cathédrale romane, ses étroites ruelles enchevêtrées donnant sur de charmantes petites places…

Nous ne regrettons pas d’avoir choisi de nous y balader le soir, après un repas dans la vieille ville.

Jour 8 : Découverte du vignoble de Bergerac et Montbazillac

On ne saurait quitter le Périgord sans admirer les vignobles de Bergerac ! Arrivés par le château de Montbazillac, nous admirons la vue, perchés sur une colline.

Nous décidons de chercher une nouvelle étape France Passion, afin de goûter au traditions et de passer une nuit au coeur des vignes.

 

Je demande mon code de réduction France Passion

Nous jetons notre dévolu sur le domaine Maye de Bouyé, chez la famille Couture qui produit depuis cinq générations, le vin liquoreux ainsi que du rouge et du blanc de Bergerac.

Montbazillac, Bergerac, Pecharmant

Surprise, nous tombons pile à la fin des vendanges. La maîtresse des lieux prend quand même le temps de nous offrir une dégustation des cépages et des vins du domaine : Bergerac et le vin liquoreux de Montbazillac.

Autant vous dire que nous ne sommes pas repartis les mains vides de ce périple dans le Périgord ! Après une dernière étape à Bergerac, nous voguerons plus à l’ouest vers les Landes et l’océan…


Les meilleures tables de France dans le Guide Michelin

À bientôt pour d’autres aventures avec Swinguy, notre camping-car, et si vous voulez recevoir nos bons plans en camping-car, nos conseils et codes de réductions réservés aux abonnés, abonnez-vous à notre newsletter !

Pauline & Simon

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.